Rarement deux trimestres consécutifs n’ont été à ce point aux antipodes l’un de l’autre : à la vague de pessimisme de fin 2018, se traduisant par de forts replis des marchés d’actions internationaux, a succédé un vent d’euphorie qui a conduit ces mêmes marchés à enregistrer dans leur ensemble des performances supérieures à 10% sur le premier trimestre 2019.

Le point de départ de ce retournement de marché a été la modification radicale de l’attitude des banques centrales américaine et européenne : après avoir relevé ses taux directeurs à quatre reprises en 2018 et avoir indiqué que ce mouvement se poursuivrait en 2019, la Réserve Fédérale a, en effet, changé sa position en janvier en évoquant dans un premier temps une pause dans sa politique de resserrement monétaire, puis en indiquant clairement en mars qu’aucune hausse de taux n’était prévue en 2019. En mars, la BCE, pour sa part, a annoncé repousser à 2020 la hausse de ses taux directeurs et mettre en œuvre un nouveau programme de soutien à l’économie européenne par le biais d’une troisième opération de financement à long terme (TLTRO).

Concernant le second grand sujet de préoccupation des investisseurs fin 2018, les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, les anticipations sont devenues plus positives et le spectre d’une guerre commerciale intense menaçant la croissance mondiale s’est pour le moment éloigné. Les commentaires de l’administration américaine sur les discussions actuelles sont en effet encourageants et, début mars, le président Trump a repoussé l’application de nouvelles taxes à l’importation de produits chinois pour permettre la poursuite des négociations. Par ailleurs, le gouvernement chinois a mis en œuvre à la fin de l’année un plan de relance massif afin de soutenir son économie, en ralentissement tout au long de 2018.

Les résultats des entreprises en 2018 ont été dans leur ensemble de bonne facture, à l‘exception de ceux des sociétés présentes dans les secteurs fortement liés à la croissance chinoise, notamment la chimie et l’automobile. Dans un contexte macro-économique plus favorable, cet élément a permis aux marchés d’actions internationaux de connaître une dynamique haussière très forte sur le trimestre, effaçant par la même, la majeure partie de la baisse du dernier trimestre de 2018.

Dans ces conditions, que peut-on anticiper pour le deuxième trimestre ?

En contrepoint de ces éléments positifs, un certain nombre d’indicateurs conduit à une attitude plus prudente pour les mois à venir :

  • Les prévisions de croissance économique ont été révisées à la baisse, tant aux Etats-Unis qu’en Europe ou en Asie. L’Organisation Mondiale du Commerce, l’OMC, vient par ailleurs de ramener sa prévision de croissance des échanges mondiaux 2019 de 3,7% à 2,6%. A cet égard, l’inversion de la courbe des taux d’intérêt aux USA, les taux à 10 ans passant sous le niveau des taux à trois mois, a constitué récemment une alerte pour les marchés boursiers : s’il perdure, cet évènement est, en effet, souvent annonciateur d’une récession à moyen terme.
  • Les incertitudes sur le Brexit sont au plus haut et la probabilité d’un « hard Brexit » n’a jamais été aussi élevée, à quelques jours de la date butoir du 12 avril.
  • L’Italie, qui a été un élément d’inquiétudes en 2018, peut redevenir un sujet d’actualité : le pays est entré en récession, l’OCDE estime que le taux de chômage pourrait atteindre 12% en 2019 et le déficit budgétaire 2,5%, alors que la dette représenterait plus de 130% du PIB.
  • Les négociations entre les Etats-Unis et la Chine entrent dans une phase cruciale, traitant notamment de la propriété intellectuelle.

La hausse du premier trimestre a essentiellement été réalisée en raison d’éléments techniques, alors que les investisseurs long terme ne se sont pas repositionnés et ont conservé ou accru des poches de liquidités. Wargny-BBR a partagé cette prudence et des liquidités ont été maintenues ou accentuées dans les portefeuilles, tout au long de ces premiers mois.

Pour les semaines à venir, les développements politiques et macro-économiques (issue du Brexit, évolution des discussions sino-américaines, croissance chinoise) ainsi que les résultats des entreprises au premier trimestre, les éventuelles détériorations des conditions de crédit aux particuliers et aux entreprises, seront autant d’indicateurs nous permettant d’ajuster nos positions.

Si nous ne voyons pas à ce jour de catalyseur permettant aux marchés d’actions de progresser à nouveau, nous mettrons a contrario à profit tout repli marqué pour investir. Dans ce scénario, les marchés d’actions devraient d’ailleurs être soutenus par les importantes liquidités susceptibles d’être réemployées et par les dividendes versés.

Rédigé le 25 avril 2019 par l’équipe de gestion.

Source : Bloomberg

Les commentaires et analyses contenus dans ce document sont fournis à titre purement informatif et ne constituent ni une recommandation d’investissement ni un conseil. Wargny-BBR ne saurait être tenu responsable d’aucune décision prise sur le fondement des éléments contenus dans ce document ou inspirée par eux. Dans la mesure où des données externes sont utilisées pour l’établissement des termes du présent document, ces données émanent de sources réputées fiables mais dont l’exactitude ou l’exhaustivité ne sont pas garanties. Wargny-BBR n’a pas procédé à une vérification indépendante des informations contenues dans ce document et ne saurait donc être responsable de toute erreur ou omission, ni de l’interprétation des informations contenues dans ce document. La présente analyse n’est valable qu’au moment de la rédaction du présent rapport.

 

Tableau de suivi des performances des fonds Wargny-BBR et des indices Mondiaux au 31/03/2019 : tableau

Grille de performance hebdomadaire des fonds Wargny-BBR au 18/04/2019 : tableau

 

 

Nos autres articles

Actualités fiscales

Depuis le 1er janvier 2019,  en cas de retrait de liquidités ou de fermeture d’un PEA...

La chronique du Président du...

L’ESCALIER DE PENROSE                 C’est en 1958, dans le British...

Information aux porteurs de...

Nous vous informons que la Société de Gestion a décidé de modifier la stratégie...