Les marchés d’actions mondiaux ont dans leur ensemble clôturé le quatrième trimestre dans la dynamique de l’année 2021, en forte hausse dans la plupart des zones géographiques.

En effet, hormis l’indice Topix japonais, en repli de 4,45% pour un investisseur en euros, l’indice MSCI émergents en euros, en hausse modeste de 1,19% ainsi que les indices des actions chinoises (le Hang Seng dividendes nets réinvestis est en recul de 12,44%) les principaux indices actions ont progressé sur le trimestre de plus de 5%, voire de plus de 10% pour l’indice S&P en euros.

2021 restera par conséquent dans les annales boursières comme une excellente année pour les marchés d’actions, seuls le Japon et les pays émergents enregistrant des performances plus modestes de respectivement 9,38% et 5,59% pour un investisseur en euros. Les politiques monétaires des banques centrales, les plans de soutien et de relance votés par de nombreux pays ont permis de soutenir les entreprises et la consommation des ménages.  La croissance mondiale a ainsi nettement rebondi, +5,6% selon les dernières prévisions de l’OCDE, les anticipations pour 2022 (+4,2%) restent soutenues. Cette reprise vigoureuse est cependant pleine de déséquilibres, entre les pays vaccinés et ceux qui le sont moins, entre les secteurs économiques touchés de plein fouet par la pandémie et ceux qui en ont bénéficié, entre l’offre et la demande de certains biens, tels les semiconducteurs dont la pénurie a fortement pénalisé la production automobile mondiale.

Une partie de ces déséquilibres devrait persister en 2022.

Sur le plan sanitaire, la couverture vaccinale insuffisante au niveau mondial laisse perdurer le risque d’émergence de nouveaux variants. Le dernier en date, Omicron, bien que beaucoup plus contagieux semble heureusement moins dangereux, les vaccins actuellement déployés paraissent efficaces. L’évolution de la situation sanitaire mondiale devra cependant être surveillée tout au long de l’année.

Conséquence du déséquilibre entre l’offre et la demande, l’inflation redevient un thème central en 2022. La désorganisation des chaînes de production, les difficultés de transport des marchandises, les difficultés de recrutement, les aléas climatiques ont fortement enchéri le prix d’un certain nombre de produits, au premier rang desquels l’énergie.  Les entreprises, après avoir absorbé une partie de ces augmentations, tentent de répercuter ces coûts sur leurs prix de vente, alimentant ainsi une inflation qui n’est plus aujourd’hui considérée comme transitoire. Prenant acte de taux d’inflation inédits depuis de très nombreuses années (les prix à la consommation se sont établis en hausse de 7% sur un an aux USA, niveau jamais atteint depuis 1982), la Réserve Fédérale américaine a ajusté sa politique monétaire, accélérant la fin de son programme d’achat net d’actifs (tapering) et communiquant sur trois hausses de taux directeurs en 2022. La Banque Centrale Européenne pour sa part a annoncé la fin dès mars 2022 de son programme d’achats d’actifs mis en œuvre au début de la pandémie (PEPP).

Autres sujets d’interrogations pour 2022, la croissance chinoise ainsi que les tensions géopolitiques.

Le gouvernement chinois a lancé un nouvel objectif de développement économique basé sur le principe de la prospérité commune, qui vise à favoriser la natalité et rééquilibrer le développement du pays, aujourd’hui trop dépendant du secteur immobilier, qui représente 30% de l’économie. Les durcissements réglementaires dans ce secteur fragilisent fortement les promoteurs qui ont basé leur développement sur l’endettement. La situation du groupe Evergrande, qui doit faire face à une dette de plus de 260 milliards d’euros, est particulièrement critique. D’autres promoteurs de premier plan tels que Kaisa Group ou Fantasia Holding sont également en grande difficulté.  La gestion de cette crise sectorielle par les autorités chinoises ainsi que le niveau de croissance économique du pays sont des facteurs importants pour la croissance mondiale en 2022.

Enfin, des tensions géopolitiques fortes persistent entre la Chine et les USA, la Russie et l’Europe et pourraient avoir des conséquences économiques notamment sur le prix du gaz en Europe.

L’ensemble de ces sujets devrait conduire à une plus grande volatilité des marchés d’actions en 2022. Néanmoins, la croissance économique est de nouveau attendue en forte progression, soutenue par la mise en œuvre des nombreux plans de relance votés l’an passé. La volonté de nombreux pays d’accélérer la transition vers une économie décarbonée offre des perspectives de développement importantes à de nombreuses entreprises dans un grand nombre de secteurs. Les banques centrales, dont le soutien a été crucial pendant la crise, devraient amorcer leurs plans de resserrement monétaire de façon très progressive pour ne pas mettre en danger la croissance.

Dans ces circonstances, nous demeurons positifs sur les marchés d’actions pour 2022.

Nous privilégions les actions des pays développés, les pays émergents souffrant dans leur ensemble sur le plan sanitaire d’un niveau de vaccination faible et sur le plan économique du renchérissement du dollar qui alourdit le poids de leur endettement.

Compte tenu du parcours exceptionnel des marchés d’actions américaines ainsi que des niveaux de valorisation atteints, nous favorisons les valeurs européennes.

Sur tout repli de marché, nous privilégierons les valeurs à même de préserver leurs marges dans un contexte inflationniste ainsi que les valeurs pouvant bénéficier des investissements liés à la transition écologique.

Rédigée le 12/01/2022 par l’équipe de gestion

 Source : Bloomberg

Les commentaires et analyses contenus dans ce document sont fournis à titre purement informatif et ne constituent ni une recommandation d’investissement ni un conseil. Wargny-BBR ne saurait être tenu responsable d’aucune décision prise sur le fondement des éléments contenus dans ce document ou inspirée par eux. Dans la mesure où des données externes sont utilisées pour l’établissement des termes du présent document, ces données émanent de sources réputées fiables mais dont l’exactitude ou l’exhaustivité ne sont pas garanties. Wargny-BBR n’a pas procédé à une vérification indépendante des informations contenues dans ce document et ne saurait donc être responsable de toute erreur ou omission, ni de l’interprétation des informations contenues dans ce document.

La présente analyse n’est valable qu’au moment de la rédaction de la présente note.

 

Tableau de suivi des performances des fonds Wargny-BBR et des indices Mondiaux au 31/12/2021 : tableau

 

Nos autres articles

L’harmonisation de notre...

La gamme des fonds de Wargny-BBR, dévolue à la gestion de nos portefeuilles sous...

L’assurance vie : toujours...

Vous vous interrogez sur l’intérêt de détenir vos capitaux à travers un contrat...

Fusion-absorption des OPC

Dans le cadre du rapprochement de Hoche Gestion Privée et BBR Rogier, devenues...

4